"Soyez réalistes: demandez l'impossible." Ernesto Guevara



English version:
We apologize for the mistakes in the English version. Please, don't hesitate to write us to help us to make it better. You can join us at: peripleautourdumonde@gmail.com

Bonjour!, le 04/01/2009

Aujourd'hui: mise en service de ce site. Et déjà plus d'un mois que ce projet de tour du monde est né dans nos esprits, plus d'un mois que nos rêves et conversations sont peuplés de falaises et de plages de sables fin, de problèmes de visas ou de vaccins, de budgets et d'inventaires de sacs à dos.
Un peu plus d'un mois donc, que le rêve devient réalité: dans 3 mois, nous partons faire le tour du monde.


Today: begining of this website. And already more than one month than is world tour project was born in our minds, more than one month than our dreams are only cliffs and beach, visas and vaccines.
More than one month, so, that the dream is reality: in 3 month, we begin a world tour.


Images liées à cet article



Premiers pas en Espagne, le 11/04/2009

Fin des adieux familiaux, et nous voilà partis, par un petit matin clair et frais. Le coeur un peu serré, mais enthousiastes! Le premier miracle de ce voyage: une traversée de la France sans nous perdre une seule fois. Une première pour les deux aventuriers au sens de l'orientation zéro que nous sommes.
Et tranquillement, en début de soirée, nous voilà en Espagne. Comment décrire l'émotion au passage de la frontière Espagnole, notre première frontière?

Ayant décidé d'atteintre Rodellar, notre première destination, par les petites routes, c'est ainsi que nous voilà partis dans la brume et les montagnes, sur des petites routes sans âme qui vive (excepté une biche et quelques lapins...). Finalement, c'est dans la petite bourgade de Botana que nous passons la nuit, la route étant encore longue pour l'heure avancée. Première nuit du voyage dans notre voiture - camping car...
Au levé du jour, c'est le premier contact avec l'Espagnol, langue dont jusqu'à present, aucun de nous deux n'a réussi à maitriser un mot. (blocage dû aux cours de collège et lycée? Bref...). Armés du petit dictionnaire de l'Espagnol en voyage, nous voilà partis à l'assaut de la boulangerie et de l'épicerie.
Résultat: nous repartons le ventre plein... Mais surtout avec une motivation nouvelle pour l'apprentissage de cette langue, tant nous nous sommes sentis lamentables à balbutier quelques mots ou s'emmelaient français, espagnol, anglais et italien. Après deux heures de route à travers les Sierras, nous voici enfin à Rodellar. Un seul mot: Magnifique. En revanche, le cout du camping refroidit un peu: 16 euros pour deux personnes et une voiture... Et une eau à peine tiède dans les douches. Mais passons, la vue sur les montagnes et la proximités des falaises d'escalades passe avant tout. Pour cette journée d'arrivée, nous n'aurons fait que visiter et grimper deux voies seulement, mais demain....


Last hours with our family, and let's go, on a dazzling morning.
We cross France, and, surprise: we don't lost ourself (incredible for us!) And in the evening, we arrive in Spain. How can we explain how it's moving to cross our first frontier?
We wanted to go to Rodellar, our first etap, with only littles roads. In this way, we went in the mist and the mountains, with no soul at kilometers.
But the way is too long, and it was at Botana, a little town lost in the mountains, that we slept this night.The first night in our car - camper...
When the sun rose, it's the first connexion with Spanish language, that we don't know at all.
With a dictionary, we go to the shops, ready to speak. Result: we have food...But we know now that Spanish it's not for us!
After 2 hours: Rodellar.In one word: amazing. But the camping is expensive, and the showers are cold...Brr.
But the more important, is to have cliff and mountains. And Rodellar is the paradise for climbing.


Images liées à cet article



Siuranna, le 28/04/2009

Après près de deux semaines à Siuranna, quelques mots pour décrire: Impressionnant. Magnifique. Parfait pour se dépasser. Plus grand que Rodellar (Plus de 600 voies notées sur le topo, au moins le double en réalité, et un potentiel encore énorme à équiper...), le site est également plus apte à accueillir des grimpeurs de tout niveau.

Certes, ici aussi, on se sent petit en voyant des voies telles que "La rambla" (9a+...), des surplombs impressionants, et des grimpeurs pour qui nos voies les plus dures ne sont qu'un échauffement. Mais tout de même, les voies pour "gens normaux", dirais je, existent, et c'est l'occasion pour nous de progresser. Des 7a de plus en plus aisement pour Florent, des voies simples en tête pour Audrey... Le tout dans un cadre splendide, avec les premieres journées de grosses chaleurs et de soleil ardent.
Deux semaines dans un tel endroit, c'est trop peu pour apprécier pleinement: avec une telle profusion de voies, un mois au moins serait nécessaire. De plus, l'endroit est parfait pour rencontrer des gens, lier des contacts pour la suite du voyage. Mais bon, le départ s'impose tout de même, direction Perpignan. Siuranna, nous reviendrons!


After two weeks at Siuranna, juste a few words: amazing. So beautiful....
Biggest than Rodellar (more than 600 routes on the book, and we think, more than 1000 in reality..) the sector has also various routes, for all climbers, climbers of 6 grade to 9 grade (la Rambla...9a+...). Here, we can progress (7a for Florent, some routes in first for Audrey....), all this in a orson landscape, with the first dog days.
TTwo weeks in a so beautiful place, is not enough to see all: to many routes, one month will be just enough. More, the place is perfect to meet people from all the world... But the departure arrive, our goal: Perpignan. Siuranna, we will come back!


Images liées à cet article



Perpignan, retour à la civilisation, le 28/04/2009

En cette fin de mois d'Avril, nous voilà à Perpignan. Et c'est là qu'on apprécie d'avoir de la famille un peu partout en France, et de pouvoir se reposer quelques jours dans un appartement plutôt que dans notre petite (mais chère!) C3.
Qu'il est bon de retrouver un vrai lit, une douche chaude! C'est là qu'on réapprend à apprécier les choses simples: de l'eau chaude, tout simplement. Ne pas avoir à subir la moindre petite averse. Avoir de l'électricité. Ne pas avoir besoin de faire 10 minutes de marche pour aller aux toilettes.

La ville a aussi ses avantages: Après un mois à devoir rouler plus d'une demie-heure pour trouver une épicerie, immaginer un peu le bonheur d'avoir le choix entre deux superettes, trois boulangeries et une dizaine de restos en moins de dix minutes de marche. Le plaisir simple d'aller à la fnac, de trouver un bon roman, d'écouter un peu de musique.
Et surtout! Pouvoir parler Français, être compris de tous. (à dire comme ça, on pourrait croire que la communication va être difficile pour l'année à venir: rassurez vous, nos problèmes linguistiques ne sont liés qu'à l'Espagnol!) De plus, Perpignan est une ville charmante, agréable à vivre. Une bonne semaine de repos en perspective!


In the End of April, we arrive in Perpignan. And now, we are happy to have family wherever in France: That's why we can here stay in a flat for 2 weeks.
How it's good to have a bed, a hot shower! We like more than before the simples things. Have running and hot water.
Don't be embarrased by the rain. To have electricity. Don't have to do 10 minutes of walk to go to the toilets.
Town is very good too, after 1 month in the wild: what a pleasure to have bakeries, restaurants, cinemas!A fnac....To find new novels, listen to music.More, Perpignan is a very nice town.
And the more important! To can speak French^^
That promise to be a good week!


Images liées à cet article



De marseille a Cassis, les calanques, le 11/05/2009

Après le confort de Perpignan, retour au camping dans notre C3 préférée.
Tout d'abord, les calanques en elles même sont magnifiques: soleil, rochers blancs et eau turquoise, un petit coin de paradis au portes de la ville.
Egalement un coin de rêve pour l'escalade, malgré un rocher un peu patiné, les voies sont nombreuses, de tout niveau, et nous permette de travailler, chacun à notre niveau: premieres voies à plusieurs longueurs du voyage, voies simples en tête pour Audrey, et travail des 7a et 7a+ pour Florent. Premières baignades également....Dans une eau encore un peu fraiche!

Quelques points négatifs, tout de même: déjà, même si c'est pour leur preservation, les calanques sont surprotégées, avec des interdictions un peu abusives. Ainsi, notre première nuit, passée au col de la Gardiole sur un parking, s'est achevée un peu brutalement par un reveil des gardes forestiers, et nous ne sommes pas passé loin d'une première amende...
Egalement, dépaysement pour nous, qui sommes habitués à ne jamais boucler les portes, et à laisser plein d'affaires hors de la voiture: ici, ce n'est pas une bonne idée, le vol de notre pc portable, de notre nourriture et notre vaiselle en moins de deux jours nous a servi de leçon.
Heureusement, la gentillesse des Marseillais compense ces désagréments: Bonjour au passage à Fred, Mourid et les autres personnes qui nous ont accueilli à une soirée, après une simple brève rencontre sur les falaises. La proximité d'une grosse ville est également agréable (bien que la conduite dans Marseille reste à mon gout un exercise périlleux!).


After Parpignan, we come back to camping with our car.
The calanques are orson: sun, white rocks and blue sea, a little paradise near the town. Also a paradise for climbing: lots of routes, in all grades, perfect for us to work: routes in first for Audrey, 7a and 7a+ for Florent, and our first big routes (80m). First bath too...In a cold water!
But where is some negatifs points:there is a lot of restrictions in the Calanques, too much; that's why, during our first night, at the pass of the Gardiole, we have been wake up by the police.
More, somebody lay us a computer, and for more than 100 euros of food and equipment. Argh.
But the people here are very nice: hello to Fred, Mourid, and the other people for the cool evening we spent with you!


Images liées à cet article



Finale Ligure, le 21/05/2009

Deuxième frontière passée, et nous voilà en Italie. Avec un petit plus par rapport à l'Espagne: cette fois, plus de passage en France avant bien longtemps...
Notre première impression, aussi étrange que celà puisse paraitre, fut de nous croire au pays des liliputiens. Minis voitures, minis camions, minis routes et minis tunnels, ponts d'au moins 1m50 de large d'apparence branlante (d'ailleurs, à l'heure actuelle, nous n'avons pas encore osé nous engager dessus...). Bref. Très mignon, mais aussi périlleux pour conduire. Surtout si on ajoute à celà les feux tricolores éteints ou habilement camouflés derrière un panneau publicitaire, les panneaux de déviation, simples bouts de cartons pandouillants sur une barrière, et bien sur, le joyeux concerto de klaxons, de tout côté, sans jamais de raison à nos yeux de pauvres français.

Mais, malgré tout, nous voilà arrivés sains et saufs, et déjà à demi mort de chaud sous le soleil de Ligure, à notre destination: Finale Ligure, haut lieu d'escalade, mais également grouillement touristique assez impressionnant: l'endroit n'est pourtant bien si grand (peut être 5000 à 7000 habitants? ), mais pendant la traversé du village, nous pouvons tout de même admirer une bonne trentaine d'hotels (et pas le petit F1, non... Plutôt du 4 étoiles avec piscine, salle de danse et vue sur la mer... Chose qu'il faudra d'ailleurs m'expliquer un jour: pourquoi une piscine lorsqu'on a que quelques pas à faire pour plonger dans la Méditerranée...Mais bon.). En revanche, de camping, guère de traces: un malheureux panneau,l'unique, qui nous abandonne ensuite dans un dédale de petites rues. Enfin, nous finissons par atteindre notre but, digérer la note plutôt salé (notons que dans les campings italiens, une voiture, même aussi petite que la notre, dans laquelle on dort est comptée comme camping car. Argh.
Et c'est là que se reproduit le miracle de la découverte d'une nouvelle langue. J'avais certes (prévoyante, pour une fois!), investi dans le Harraps Italien avant de quitter la France, pour me lancer dans un intense apprentissage d'une semaine. Inutile de dire que ce n'est pas suffisant, le premier contact en est la preuve. Et, ho, si vous pouviez immaginer notre soulagement, à découvrir que le receptionniste connaissait quelques mots de Français! De fait, si l'Italien est une langue plutôt simple à apprendre (rassurez vous, à l'heure ou j'écris ces lignes, nous avons quelque peu progressé, assez du moins pour survivre ici!), la compréhension est chose plus ardue. Les Italiens parlent vite. Très vite. Mais bon, devant nos regards désespérés et nos "piu ripetere per favore???", "scuzie, no capisco!","sono franchese, par pitié, aidez nous!!!", ils finissent par répeter, ralentir, ou se lancer en anglais, et tout se passe bien.
A noter d'ailleurs, à quel point il est agréable de parler Anglais. On se sentirai presque bilingue en comparaison à nos capacités en Espagnol ou Italien. (je n'immagine même pas dans les prochains pays, aux langues plus lointaines....)
En tout cas, pas de découragement, nous continuons avec entrain à baffouiller nos quelques mots aux autoctonnes, une bonne motivation pour aller faire les courses. Au passage, si les hotels et campings sont à des prix exorbitants, les produits du quotidiens sont en revanche très abordables; et même si nous dormons dans une voiture et nous réfugions aussi souvent que possible sur des parkings faute d'argent, nous pouvons tout de même déjeuner de croissants tout chaud avec vue sur la mer, pour moins cher qu'une baguette de pain en France. Na.

Quand aux journées ici, elles se révèlent ma foi fort agréables. Baignade et bronzette lorsque la chaleur nous accable et rend les falaises insupportables; Escalade autrement (et un peu laborieusement pour les débuts: le niveau est élevé, avec des voies essentiellement dans le 7 ou 8ème degré, patinées, deversantes.... Mais fort heureusement bien équipées et remarquablement belles. En revanche, les accès se révèlent assez laborieux: passons sur les heures à crapahuter dans les collines (l'Italie, c'est montagneux, découvrons nous...), chargés comme des mulets sous la chaleur torride; non, le plus terrible, c'est l'accueil des habitants locaux. Pas les hommes, très accueillants et toujours prêts à rendre service, mais les chiens. Ici, les panneaux "Attenti al cane" ne sont pas mensongers. Autant en France, ces panneaux ne cachent parfois qu'un malheureux labrador endormi, ici, nous avons pu découvrir que les jardins sont bien gardés par des molosses affamés. Petite description de la scène: après une dure journée (enfin...Baignade, escalade...), nous voilà en train de redescendre tranquillement d'un secteur de grimpe, le chemin passant le long d'un immense verger. Quand soudain, surgit devant nous un chien aux crocs acérés et au grognement très révélateur de ses intentions. Après environ deux secondes de reflexion, nous lachons sacs et corde pour aller courageusement nous refugier dans les arbres les plus proches. C'est là qu'on réalise qu'on n'a pas encore appris à dire "au secours" en Italien. (si un jour vous vous retrouvez dans la même situation, pour votre information, nous le savons maintenant, c'est "aiuto!!" qu'il faut hurler!) Après quelques minutes au pied de l'arbre, le fauve s'éloigne. Nous en profitons pour redescendre, récupèrer nos sacs, et filer aussi discretement que possible; pas assez visiblement, car deux arbres plus loin, rebelote. Finalement, après 5 ou 6 arbres et autant de courses folles, retour à la voiture. Lecon à retenir: les chiens Italiens sont racistes et n'aiment pas les Français. Ou sont très mal nourris.


Images liées à cet article



Finale Ligure, suite et fin., le 21/05/2009

Pour cette fin de séjour à Finale Ligure, nous avons acquis une certitude: les animaux ne nous aime pas. En effet, après nos mésaventures avec la gente canine, c'est ensuite avec une mouette que nous avons eu à nous battre. Car qui dit camping dit nourriture abondante et fréquement laissée à l'extérieur, il n'en faut pas plus pour attirer milles bêtes affamées. Et c'est comme ça qu'on se retrouve en pleine nuit avec un volatile déchainé en train de s'acharner à coup de bec sur le toit de la voiture. (comme s'il allait faire un trou dans notre belle C3 pour nous arracher le pain de la bouche, non mais ho).

Mais les oiseaux, ça ne nous fait pas peur. En revanche, l'ennemi qui s'en est pris à nous quelques jours plus tard était bien plus redoutable. Car c'est à environ 4h du matin que nous voilà réveillés en sursaut par un monstre velu aux pattes multiples.... Une terrifiante araignée. (au moins 3 centimètres^^).
N'écoutant que notre courage (il faut dire que nous aimons les araignées autant l'un que l'autre...), nous voici hors de la voiture dans l'aube rafraichissante, n'osant plus remettre les pieds dans la voiture. Maudites bêtes va.
Mais rassurez vous tout de même, à l'heure qu'il est, nous avons triomphé de ces obstacles (bien que nous cauchemardions encore de bêtes à 8 pattes...), et cela ne nous a pas empéché de grimper, fort heureusement. En effet, si les débuts en escalade à Finale Ligure se sont révélés quelques peu laborieux (accès difficiles, animaux aggresifs....Voir article précédent!), nous avons fini par y découvrir des endroits merveilleux.
Pour d'éventuels intérressés, nous recommandons fortement les secteurs de Boragni et Rian Cornei: d'accès assez court (surtout pour Boragni), des voies nombreuses, peu patinées, à l'ombre (et on l'apprécie cette ombre, par les 30 degrés extérieurs....): Amateurs de gros, gros, gros... gros devers, l'endroit est pour vous. Et à côté de cela, de superbes dalles, des grandes voies, bref, le bonheur. Pour Florent, Finale Ligure restera l'endroit des devers, toits et 7a, 7a+ ; Pour Audrey, l'occasion de vraiment grimper en tête. Tout le nécessaire!
C'est donc avec quelques regrets que nous quittons l'endroit, bien que ce soit pour en découvrir d'aussi beaux.

Suite au prochain épisode!


Images liées à cet article



Roma., le 21/05/2009

2 et 3 Juin: Roma.

Pour ces deux jours, nous nous sommes transformés en bons touristes moyens: visite de Rome et de ses monuments les plus connus.

2 juin.

Nos premiers pas dans la capitale se font en sortant de Roma Termini, gare qui semble plutôt modeste en taille comme en style comparée aux gare Parisiennes. Les abords, de même: on se sent d'avantage dans un petit centre ville de province que dans une des plus belles villes du monde.

Et puis, on arrive aux abords du Colisé, et on se croit dans Gladiator ou Astérix. Même si l'endroit fait un peu (beaucoup) nid à touristes, on apprécie....Suite à celà, visite rapide du Vittorio, du Panthéon, et pour finir, la fontaine du Bernin sur la Piazza Navona. Posur ceux qui l'ignore, c'est là que ce déroule une des scènes phare du roman Anges et Démons de Dan Brown. Or, il se trouve que ce livre est le seul et unique que nous ayons emporté de France, et donc eu le temps de lire et relire à outrance. Il est assez étrange de se trouver face à des lieux découverts dans un livre....

3 juin.

Pour cette deuxième journée à Rome, direction le Vatican. Et il faut dire que nous avons été plus que chanceux. En effet, à peine posé le pied sur la place Saint Pierre, nous découvrons... Le Pape, en train de faire un discours... En Français. Bah dis donc. C'est curieux de se dire que les mécréants que nous sommes avons vu ce que de nombreux chrétiens rêvent de voir toute leur vie.
Nous ne pouvons pas rater les uniformes des gardes suisses: certainement excellents en sécurité, on ne peut s'empécher de les plaindre, multicolores et si...Ridicules, désolée de le dire.
Après cette première approche du Vatican, direction le Castel Sant Angelo: autre grand lieu d'Anges et Démons.... Autre occasion à ne pas rater. Nous renoncons à la visite du musée, trop cher, pour un simple tour extérieur. L'occasion encore, d'admirer les magnifiques rangées d'anges du Bernin...Et l'architecture en soi tellement impressionante.
Ensuite, retour sur la place Saint Pierre. Le discours du Pape étant terminé, le reste du pays est désormais ouvert au public.
Nous nous faufilons donc dans la basilique, et commencons par la visite des grottes vaticanes. Ce lieu, qui, rappelons le, abrite les corps de tous les défunts pontifes, de Saint Pierre (ou plutôt, sa "fausse" tombe, la réelle étant profondément enfoncée dans la nécropole...), jusqu'à Jean Paul II (visiblement très regretté, étant donné le nombre de fidèles priant devant son cerceuil).Même la masse des touristes ne parvient pas à dénaturer entièrement l'endroit.
Ensuite, visite de la basilique Saint Pierre. Là encore, l'endroit est magique. Immense. Et même sans y croire, on comprend mieux comment la foi chrétienne a pu si fortement s'implanter, devant tant de fidèles rassemblés, tant d'oeuvres d'art... Et des manifestations de foi tellement incroyables: prennons comme exemple une sculture de Saint Pierre: le pied droit en est usé, comme fondu, à force d'être touché et embrassé. On a beau savoir que cette érosion a pris des siècles, on à peine à le croire, même en le voyant.
A noter également, malgré la splendeur du lieu, des élements qui mettent quelques peu mal à l'aise: par exemple, les bas reliefs sur la porte de la basilique. Comme sorti d'un esprit malade et pervers, s'affichent des scènes de torture qui n'ont rien à envier aux plus grands films d'horreurs, face à des pontifes indifférents, voir souriants. Difficile alors, de croire en la bonté d'une religion si cruelle parfois....
Mais trève d'opinions religieuse, cette visite aura été très plaisante et instructive. Et le souvenir global de Rome excellent.


Images liées à cet article



Venise, le 21/05/2009

Venise...Nulle destination plus clichée, et plus fidèle à sa réputation: on s'attend à voir passer des gondoles le long des caneaux, des verreries et des masques sublimes, une place Saint Marc à demie sous l'eau, et c'est exactement ce que l'on trouve. C'est de Fusina, le premier des accès à Venise à l'époque ou elle n'était pas encore cette ville si sublime, que nous prenons le bateau. Avec des sentiments mitigés: exitation de découvrir, et en même temps, un certain malaise à se sentir si touristes. Mais bon, on ne voit pas d'endroit comme ça tous les jours....
La première constatation, c'est que l'eau est vraiment très, très proche: et on comprend bien l'inquiètude à chaque inondation, en voyant qu'à 10 centimètres près, l'eau envahirait les quais. D'aileurs, elle empiète déjà un peu, à chaque vague....

La deuxième remarque, c'est qu'une ville sans voiture n'est pas une ville sans bruit et circulation: entre les bateaux bus, les bateaux taxis, les ferris, les canots... et tous leurs moteurs et klaxons, on est pas dépaysés.
Et puis on débarque, et on joue à se perdre dans les ruelles étroites, qui une fois sur deux s'achèvent en cul de sac. On s'arrete à chaque vitrine, pour admirer des masques, des verres de Murano, ou d'innombrables galeries d'arts. On prend le temps d'écouter un guitariste de rue, comme un quatuor classique sur la place Saint Marc.
La place Saint Marc, d'ailleurs... Sublime en soi. Et dépaysante aussi, avec sa basilique aux allures de mosquée. Et même sans aimer particulièrement les lieux de culte, on prend plaisir à s'y balader, car à Venise comme à Rome, les églises valent autant qu'un musée.
On découvre aussi Murano, son musée du verre, et ses scultures, en verre aussi bien sur. On s'emerveille de tout, et on n'en repart qu'à regret. Si une ville mérite sa réputation, c'est bien Venise.
A côté de celà, le camping de Fusina offre lui aussi d'excellents moments. Notre conseil: ne jamais partir sans une guitare. Cela nous aura value une très bonne soirée en compagnie de Londoniens et Américains, à jouer (dur en public...), chanter (traumatisant de massacrer Neil Young ou Led Zep avec notre accent de bons Français devant 7 anglophones....), apprendre de nouveaux morceaux (mercibeaucoup!), et parler (plus ou moins laborieusement encore!). Kate et Alex, merci encore à vous pour votre invitation!


Images liées à cet article



Bled , le 23/06/2009

Dès le passage de frontière, la Slovénie apparait comme un petit coin de paradis. Peut être le plus beau depuis le début du voyage...Chaine de montagnes impressionantes, petits chalets en bois, calèches à cheval, lacs et torrents...On nous a dit que la Slovénie ressemblait à la Suisse: Je n'y ai jamais été, mais la ressemblance avec les Alpes Françaises est frappante. Mais en plus sauvage et préservé. Il faut savoir que les Slovènes sont réputés pour être extremement écolos. En effet, nous n'avons pas croisé un seul pylone dans les montagnes, mais des panneaux solaires sur quasiment tous les toits.
Et malgré son côté rustique et pittoresque, le pays est moderne: pas de routes à moitié détruites comme nous le redoutions, et surtout internet, partout. A croire que les réseaux sécurisés n'existent pas ici: il est impressionant (et surtout, très agréable^^), de pouvoir pour la première fois depuis des mois se connecter plus de 10 minutes d'affilé.
Quand aux activités, elles ne manquent pas ici: les sites d'escalades sont sympas (bien que riches en serpents... En témoigne les longs moments que nous avons passés, perchés sur un rocher, à attendre qu'une vipère à cornes daigne s'éloigner de notre sac!), le lac de Bled permet des baignades rafraichissantes (un peu trop, d'ailleurs...^^), et le point de vue depuis le chateau est magnifique. Les gens sont charmants également: durant quelques jours, d'aimables voisins hollandais auront généreusement partagé leurs repas (excellents, d'ailleurs!) avec nous: merci encore à vous, du fond du coeur!
Les flics sont aussi fort aimables: nous avions perdu un porte feuille, c'est avec surprise que nous nous le sommes vu restituer à minuit par les policiers. Sympa :)
Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et demain, direction la Croatie pour de nouvelles aventures... C'est à Porec que nous irons attendre la famille de Florent, au bord de la mer, pour retrouver le soleil qui aura un peu manqué ici...


Images liées à cet article



Rovinj, les premiers jours en Croatie., le 26/06/2009

Rovinj, une petite ville de la côte Croate, peu après la frontière Slovéne. C'est là que nous attendons pendant quelques jours la famille de Florent, venue nous rejoindre pour les vacances.
Mais avant d'arriver ici, il a fallu passer la douane. Notre première vraie douane! En effet, jusqu'à maintenant, nous n'avions croisé que des postes vides, ou bien des douaniers souriants en train de bavarder, qui nous faisaient signe de passer sans même jeter un oeil à nos passeports.
Cette fois, nous ne sommes plus dans l'Union Européenne, aussi la surveillance est un peu plus stricte. Aucun problème à la vue de nos passeports, en revanche, la vue de nombreux camions de jeunes arrêtés pour la fouille nous inquiétait quelques peu.
Il faut dire que notre voiture offre le spectacle d'environ 3 mètres cube plein à craquer de fringues, matériel d'escalade, table et chaises, guitare, ordinateur, etc....
C'est avec un grand sourire que nous nous arrêtons donc au niveau du douanier chargé de vérifier le contenu des véhicule.

- What have got in the car?
-Heu.... One climbing bag, one eepc, on table, lot's of things for holidays...
Et finalement, pas besoin de s'éterniser, il faut croire que notre air désespéré à l'idée d'énumérer en Anglais tous nos bagages a inspiré la pitié au douaniers.

C'est donc ensuite sans encombres que nous sommes arrivés à Rovinj (en nous perdant bien sur dans la ville, comme d'habitude; heureusement, les gens sont fort aimables et l'on trouve toujours quelqu'un parlant Anglais pour nous indiquer le chemin...). Et direction le camping le plus luxueux depuis le début du voyage. Le plus grand aussi: un footing d'une demie heure ne nous a même pas permi de le traverser entièrement. 2 piscines (certes pas indispensables en bord de mer...), plusieurs magasins et restaurants.... Du changement, par rapport à certains de nos lieux de bivouacs!
Beaucoup de monde aussi...L'occasion de rencontres, encore: comme partager d'endiablées parties de ping pong avec Nino et Fabio, deux italiens expressifs à la bonne humeur communicative. (l'occasion bienvenue d'ailleurs de réviser notre Italien, nous ne l'aurons pas appris en vain!)
Bref, que du bonheur: baignade, soleil, ping pong, escalade à proximité, repos: la Croatie promet d'être un pays plein de charme.


Images liées à cet article



KRK et Plikvice, le 26/06/2009

C'est à Rijeka que nous retrouvons la famille de Florent, qui traverse courageusement l'Europe pour venir nous rejoindre.
Pour cette raison, nous passons quelques jours sur l'immense île de KRK (nous nous interrogeons toujours sur la prononciation...). Baignade, escalade, le tout à peine dérangés par quelques orages.
Ici encore, les oursins sont légion. A noter qu'en Croatie, les nudistes sont favorisés: eux seuls bénéficient d'une plage de sable sans oursins (donc nous profitons aussi à l'occasion d'un peu d'escalade sur cette même plage...). Adresse donc, pour ceux qui souhaiterais profiter d'une plage de sable en Croatie: Baska, village sur la pointe de l'île de KRK.
Après ces deux jours, direction le nord ouest, vers le parc national de Plitvice.
Non sans mal d'ailleurs (notre voiture étant amménagée pour y dormir, la mère et la soeur de Florent se déplace en bus, ce qui rend les itinéraires plus aventureux!
Mais bref. Après deux jours de trajet (les bus sont parfois rares ici...), c'est sous la bruine que nous arrivons à Plitvice, une fraicheur surprenante après les semaines de canicule sur la côte.
Il est certes un peu dommage de ne pas profiter du parc au soleil, mais même ainsi, nul regret à avoir: l'endroit est enchanteresque. Une succession infinie de cascades et de lacs à l'eau turquoise, que l'on traverse sur d'adorables pontons de bois, à travers une végétation luxuriante. Malgré le prix d'entrée du parc (110 kunas par personne, soit environ 15 euros...), les touristes sont nombreux, trop nombreux: même après être passé par des coins extrements touristiques comme Venise ou Rome, on est impressionné de voir autant de monde au mètre carré. Un peu dommage...La rançon de la beauté du lieu. En bons touristes que nous sommes aussi, nous aurons donc mitraillé de photos...N'hésitez pas à y jeter un oeil dans la partie photo du site!
Finalement, c'est sous le soleil que nous terminons la visite, avec des couleurs encore plus belles.
Un parc splendide donc, mais cher...
Le lendemain, retour de la pluie; pour cette journée, nous profitons quelques peu du site d'escalade local, petit mais agréable, bien que la pluie nous en ai chassé un peu trop tôt.


Images liées à cet article



Paklenica, le 29/06/2009

Deuxième grande destination: le parc de Packlenika, au bord de la mer cette fois.Avec le retour du soleil et de la chaleur (pour la première fois, le thermomètre de la voiture nous indique 40 degrés...). Par chance, le camping est relativement ombragé, et la plage (sans oursins cette fois, mais toujours avec cailloux), est toute proche. Nous altérnons donc baignades, parties de ping pong, 10 douches froides par jour, et escalade dans le parc. A noter à ce sujet que si les voies sont agréables (un peu hautes parfois à notre gout...), l'équipement est le plus mauvais que nous ayons croisé depuis longtemps (sans être vraiment dangereux, mais l'Italie, la Slovénie et les premiers sites Croates nous avait habitué à mieux....), ce qui est d'autant plus dommage que l'entrée du site est payante. (environ 30 kunas par personne, soit près de 5 euros)
Nous avons également eu l'occasion de faire une agréable (mais chaude!) randonnée dans ce parc, qui nous aura permit d'admirer la vue sur la mer et sur l'île de Pag vue du ciel.
En bref, un lieu de vacances sympa....
En revanche, nous aurons découvert à l'occasion d'une tempête d'étranges animaux marins peu ragoutants: d'espèces de limaces d'une 30ènes de centimètres de long, échoués sur la plage. Si quelqu'un peut nous renseigner sur ces créatures, nous sommes preneurs!


Images liées à cet article



Le Montenegro, le 01/08/2009

Le montenegro tranche quelque peu avec la Croatie. Peut être est ce simplement une impression dû à notre passage rapide, ou au fait que nous avons atteri dans une première ville Montenegraise sans carte, sans objectif précis, fatigués? Toujours est il que nous nous sommes senti d'un coup dans un autre monde. Les premières villes traversées étaient pourtant semblables à celles que nous connaissions jusqu'à lors. Mais en arrivant à Ulcinj , surprise: terminé, les routes bien délimitées, place à un espèce de bidonville - luna park perpetuel. L'endroit n'est pas totalement dépourvu de charme: il y a de l'animation.... Mais les décharges publiques sur le bord des routes, les voitures en pièce un peu partout, les maisons délabrées, font une drôle d'impression. Qui est confirmée lors de notre recherche d'un hotel (quel luxe, me direz vous... Hé oui, mais il faut dire que notre recherche d'un camping ne nous avait jusqu'à là mené qu'à l'entrée d'un camp militaire et à travers des champs d'oliviers magnifiques certes, mais peu appropriés pour dormir.). Bref. Les hotels sont bien indiqués, par des panneaux tous neufs. Mais une fois passée la barrière, surprise: une reception fermée depuis probablement des années, des appartements en ruines, des jeux d'enfants défoncés. A croire que la guerre n'a cessé ici que quelques jours auparavant....
Finalement, nous trouvons un hotel tenant encore debout. Les chambres sont grandes. Et pourraient être très agréables....
Sans les centaines d'araignées (notre cauchemard...), les fuites d'eau, les portes enfoncées, les meubles semblants récupérés dans une décharges, et l'épaisse couche de poussière.
N'allez pas croire pour autant que le Montenegro est un pays à éviter: peut être sommes nous malchanceux... Et ces inconvienients n'empêche pas l'endroit d'être plein de charme, à condition de prévoir de l'anti moustique, de ne pas être allergique à la poussière, et de ne pas redouter les fous du volants (assez impressionants ici....)
A vrai dire, c'est peut être simplement le contraste qui dérange: entre les hotels 4 étoiles et les plages bondées de touristes, et l'impression de pauvreté et de saleté partout ailleurs.
En tout cas, un avantage: le cout de la vie est très réduit pour les produits du quotidien (il semble que ce ne soit pas le cas pour les hotels....).
Le lendemain, nous reprennons la route, direction l'Albanie. Et c'est là que les difficultés commencent: en effet, seules deux routes permettent le passage d'un pays à l'autre, l'une d'elle passant normalement par Ulcinj. Je dis bien normalement, car nous n'avons jamais trouvé cette route. Après deux heures de recherche, le plus approchant que nous ayons trouvé est une mauvaise route avec à l'entrée un panneau "Attention, zone de frontière" peu explicite, se terminant pour un cul de sac.
Finalement, retour sur nos pas de la veille, direction Podgorica. C'est normalement là que nous sommes sencés trouver la seconde route. Et après avoir tourné un peu, miracle, nous voilà enfin dans la bonne direction, engagés sur une petite route de montagne ou deux voitures peuvent à peine se croiser, ce qui n'empeche pas d'énormes camions d'y circuler à toute allure.


Images liées à cet article



Albanie: un autre monde...., le 01/08/2009

Au vu de la longue file de voiture à la douane, nous redoutions que le passage en Albanie soit plus laborieux que les autres. Mais finalement, la chance nous suit toujours: au prix d'une grosse heure d'attente et d'un peu plus de discutions qu'à l'ordinaire, nous voilà en Albanie, un nouveau pâys totalement inconnu pour nous.
Premières impression: le pays est pauvre, et semble détruit. Les premières heures de trajet se font sur des routes ou les trous sont nombreux, bordées par des stations services abandonnées, des immeubles à moitié construits (ou détruits, c'est selon...). En revanche, un élement détonne: les voitures des Albanais sont à 90% des Mercedes.
Quand aux villes et villages traversés, il s'en dégage une impression étrange. Un peu bidonville, avec les constructions en tôle, les décharges publique partout sur les trotoirs...
Chemin faisant, nous arrivons finalement à Dusser, ville sur la côte. Ou..Nous nous perdons totalement.Fatigués par une longue journée de route, sans la moindre idée de la direction à prendre, nous décidons d'y faire une étape.
Pour la première fois, nous avons vraiment l'impression d'avoir quitter l'Europe. Cette ville différe de toutes celles que nous connaissons jusqu'à maintenant. Plus de réels trotoirs: plutôt du sable, vaguement délimité par quelques pavés déchaussés. Des ordures, partout: certaines en train de bruler (il semble que ça constitue le principal moyen de nettoyage ici...), d'autres en train d'être fouillées. Des marchants de babioles tout le long des rues; de petits resto ou magasins ouverts 24h/24. Une plage bondée, mais plutôt agréable, sur laquelle est échoué un vieux cargo, réamennagé en fête foraine. Des changeurs d'argent tous les 10 mètres, comptant leurs liasses de billets.
En tant que touriste, l'endroit est sympa. Bruyant et sale certes, mais dépaysant au possible. Peu cher.
En revanche, la misère de l'endroit fait mal à voir. Nous n'avions jamais vu tant de mendiants et surtout d'estropiés. Que dire, lorsqu'un gamin unijambiste se traine dans les poubelles, à réclamer un peu d'argent? Que dire, en voyant une femme est ses enfants dormir sur le trotoir, à presque se faire écraser par les voitures se garant là, sans y prendre garde?
On a un peu honte d'avoir de l'argent, de pouvoir manger, dormir dans un vrai lit.


Images liées à cet article



Padras, les premiers pas en Grèce, le 05/08/2009

C'est sans trop de difficultés que nous quittons l'Albanie pour la Grèce, notre dernier pays en voiture. Devant retrouver la mère d'Audrey à Padras, nous voilà partis vers le Sud. Notre première étape, nous la faisons sur une aire de bord de mer dans un petit village, à une centaine de kilomètres de la frontière. L'occasion de constater à quel point les gens sont accueillants ici, serviables. L'occasion aussi de nous baigner dans l'eau la plus chaude que nous ayons rencontré jusqu'à maintenant: 31 degrés! (un bonheur!).
En revanche, si l'endroit est paradisiaque, il est assez problématique de s'y déplacer sans avoir prévu d'emporter beaucoup de liquide avec soi. Nous en faisons l'expérience le lendemain: innocement partis faire le plein avec juste notre carte bleue en poche, Florent est finalement resté en otage à la station service le temps qu'Audrey aille chercher un distributeur...A environ 30 kilomètres de là.
Et finalement, nous arrivons à Padras, lieu de rendez vous, avec un peu d'avance. L'occasion de se poser tranquillement dans un camping, l'occasion de se poser un peu après les centaines de kilomètres enchainés ces derniers jours.
Le site est magnifique, le camping idéalement placé au bord de l'eau (une habitude maintenant, mais toujours aussi agréable..)
Merci aussi pour l'accueil: les grecs sont décidement très accueillants. Le nombre de personnes parlant français nous a également surpris: on se croirait à peine à l'étranger!
Finalement, après trois jours de repos, nous partons, direction les Météores.


Images liées à cet article



Les merveilles des Météores, le 07/08/2009

Ayant décidé de rallier les Météores par les petites routes, nous voilà partis dans les montagnes, sur des routes étroites et tortueuses, dans un paysage magnifique. C'est la découverte avec la Grèce profonde; nul touriste en vue sur des centaines de kilomètres, et à peine quelques autochnones, d'ailleurs.
Malheureusement, nous ne tadons guère à constater que les cartes sont trompeuses. Et les routes ont tendance à se transformer en mauvaises pistes de gros cailloux, lesquelles s'achèvent aux bout de quelques kilomètres par des tas de gravats. Sans nous décourager, nous poursuivons notre route, bien décidé à franchir tous les obstacles pour arriver aux Météores. Nous réussissons finalement...Avec une dizaine d'heures de routes dans les pattes.
C'est donc de nuit que nous arrivons à Kalambaka, la ville au pied des Météores. Bruyante, pleine d'hotels et de restos. Nous faisons donc quelques centaines de mètres de plus, pour trouver la tranquillité du village de Kastraki voisin, et enfin, le camping. (au passage, nous le recommandons: camping Vrachos, agréable, idéalement situé, un petit coin de paradis.)

Pour ceux qui ne connaitraient pas, petit rappel: les Météores sont de grandes structures rocheuses d'une verticalité impressionantes, sur lesquelles se dressent des monastères orthodoxes. Autrefois, les moines n'y accèdaient qu'en escaladant: aujourd'hui, les touristes affluent ici en car....
Pour notre part, nous préférons nous y prommener à pied. Il faut bien mériter la splendeur du lieu :) Ainsi, pendant une semaine, le programme est le suivant: randonnée tôt le matin (pour fuir la chaleur suffocante...), piscine bien mérité l'après-midi.

Si vous souhaitez vous rendre aux Météores, nous ne pouvons que vous conseiller d'y passer plus de temps que la majorité des touristes. En effet, pour la plupart, un séjour aux Météores se résume à 1-2 jours à monter à chaque monastère en bus ou voiture, et effectuer une visite (certes, peu couteuse) parmi la foule.
Pour notre part, nous avons préféré rester une semaine, tout faire à pied, et passer plus de temps sur les sentiers que dans les monastères. En visiter un ou deux est un plaisir: mais les balades sur les Météores deserts, ou sur les sentiers isolés permet de bénéficier d'une bien plus belle vue, et d'une tranquillité absolue.


Images liées à cet article



Le domaine des dieux, le 11/08/2009

Avant la séparation familiale, une dernière étape s'imposait: le mont Olympe, domaine des dieux, et surtout belle rando en perspective pour nous.
Nous n'avions que trois jours à passer au pied du sommet de la Grèce: mais trois jours fort agréables, entre mer et montagne...
Premier jour, c'est avec enthousiasme que nous nous lançons à l'assaut de l'Olympe. Avec une fraicheur bienvenue, première fois en 3 mois que nous repassons sous la barre des 20 degrés!
En revanche, nous étions mal renseignés (partis un peu à l'improviste, il est vrai...); nous ignorions donc que l'ascension se faisait en deux jours. Après 6 heures de montée ardue (et magnifique....), nous nous sommes donc contentés d'un des sommets "secondaire" de l'Olympe, par manque de temps et de matériel.
Au total, un peu plus de dix heures de marche, et des courbatures pour plusieurs jours...Mais de magnifiques souvenirs.
Pour les jours suivants, nous nous sommes donc contentés de baignades, et de la visite du site archéologique de Dion.
Nous nous préparons donc à faire nos adieux à la voiture... Et à découvrir un nouveau genre de voyage. Un peu d'apréhension, de l'impatience et de la hâte...


Images liées à cet article



Athènes, le 26/08/2009

La capitale Grèque est notre première destination sans voiture, un grand moment d'émotion donc. Et déjà, nous constatons que, dans notre inexpérience de jeunes baroudeurs, nos sacs sont beaucoup trop lourds. Il faudra pourtant bien les porter un bout de temps, jusqu'en Turquie au moins...
C'est donc chargés comme des mulets que nous arrivons à l'auberge de jeunesse d'Athènes (fort agréable et bien placée d'ailleurs). Une ambiance sympa; une fois de plus, nous constatons que les Allemands se débrouillent bien mieux que les français en langues étrangères... Le partage de la chambre avec deux autres jeunes et l'occasion d'un agréable moment. Et pour deux jours, nous jouons aux touristes: visite de l'acropole, balade dans les marchés de la ville...Athènes se révèle fort agréable et pleine de charme, bien qu'un peu trop bétonnée.
Ensuite, direction le port du Pyrée. Nous y prendrons le ferry, direction Kalymnos, notre prochaine destination escalade...


Images liées à cet article



Kalymnos, le 26/08/2009

Kalymnos...L'ile des pécheurs d'éponges, mais pour nous, surtout une destination escalade dont nous révions depuis longtemps.
L'arrivée ne nous montre cependant pas l'ile sous son meilleur jour; les horaires de ferry y sont pour quelque chose...Arriver à 4 heures du matin après une nuit blanche, chargés de lourds sacs à dos, n'est pas exactement l'idéal. C'est un peu perdus, et harrasés de fatigue, que nous déambulons quelques temps dans Pothia, le port de Kalymnos. Jusqu'à faire une rencontre pour le moins surprenante...
Sur les quais, voilà que nous croisons un homme, qui nous aborde en anglais. Cherchons nous un endroit ou dormir, nous demande t'il? Ho que oui...Et le voilà qui nous entraine dans les petites rues de Pothia. Nous n'échangeons que quelques phrases; il se présente Australien, en vacances ici. Pourtant, il sait ou loger... Nous ne sauront pas exactement qui il était. Toujours est il que nous nous retrouvons quelques minutes plus tard dans une vaste maison, sans eau ni électricité, visiblement plus ou moins habitée; l'homme nous y laisse pour la nuit. Nous ne le reverrons pas... Mais passons tout de même la nuit avec un couteau sous l'oreiller, aux aguets, nous voyant déjà tombés dans un piège pour nous dépouiller.
Finalement, nous sommes bien vivants, et reconnaissants pour ce toit offert...
En ce premier matin, Kalymnos nous semble bien différent de ce que nous espérions. Pothia est une ville à touristes, hotels et bars à perte de vue, mais pas de grimpeurs. Mais après quelques minutes de bus, nous voici à Massouri, village au pied des falaises; et l'enchantement commence. Village charmant, maisons blanches entre mer et falaises immenses, studios à bas prix et grimpeurs à tous les coins de rues; notre paradis.
Contrairement à ce qu'on nous avait dit, Kalymnos est un endroit idéal pour grimper l'été; le vent marin rend la température parfaite, et ou trouve toujours un secteur à l'ombre. Et quels secteurs, d'ailleurs! Immenses grottes ou parois verticales, rocher parfait, très fréquenté mais pas (encore...) patiné; équipement parmi les meilleurs que nous ayons vu; voies pour tout niveau...Le paradis de l'escalade.
Une semaine ici s'avère trop courte; nous reviendrons, je l'espère, pour finir de découvrir l'endroit...Pour le moment, la Turquie nous attends.


Images liées à cet article



Istanbul, ville de rencontres, le 03/09/2009

C'est à Bodrum que nous posons le pied en Turquie. L'endroit est touristique au possible (le lieu d'arrivée des ferry...), mais n'est pas dénué d'un certain charme; l'ambiance n'est déjà plus tout à fait la même. Nous n'y restons de toute façon qu'une nuit, dans un hostel très bien placé au coeur du Old Bazar.
Le lendemain, nous voilà partis en bus pour Istanbul. Malheureusement, la communication avec les autres voyageurs s'avère impossible, personne ne parlant un mot d'anglais. La durée du trajet nous surprend également: A l'achat de nos billets, nous avions compris que l'arrivée serait à 2h: nous n'avions pas saisi qu'il s'agissait de 2h du matin...
Et c'est ainsi que nous nous retrouvons en pleine nuit au terminus d'Istanbul, loin de tout métro ou hotel, sans plan de la ville et sans la moindre idée d'ou aller.
Heureusement, la gentillesse des gens nous sauve: A force d'explications gestuelles avec les chauffeurs de bus, nous voilà embarqués dans une navette, direction Sultanahmet. Nous constatons que la conduite Turque est rapide, très rapide....Effrayante.
Et nous voilà près de Sultanahmet. Lourdement chargés, épuisés, nous ne cherchons guère, et posons nos sacs dans un hostel miteux près de la gare. Insectes nombreux et variés inclus dans le service... Et hauts parleurs de la mosquée voisine à deux mètres de notre fenêtre (sans exagération), d'ou un reveil très matinal.
Nous ne tardons guère à trouver moins cher et plus agréable: non loin d'Hagia Sophia, nous trouvons finalement un dormatory à bas prix pour l'endroit (12 euros après négociation, breakfast inclus..). L'occasion de belles, très belles rencontres.
Difficile tout évoquer: Mais la rencontre avec Paul, Américain très sympa nous laissera de beaux souvenirs de grandes discutions et de soirées guitare. Quelques français également dans l'hotel: et notamment, Laurent, qui nous l'apprenons, revient tout juste d'Iran... Pour nous qui avions presque renoncé à nous y rendre étant donné la récente révolution, c'est l'occasion d'avoir des nouvelles fraiches: et youpi, nous partons pour l'Iran, rassurés et plein de hate à l'idée de découvrir ce pays.
A Istanbul, nous retrouvons également un ami, Charly, venu de France pour nous voir. C'est donc tous les trois (et parfois accompagnés de notre nouvel ami Américain) que nous partons à la découverte de la ville.
Istanbul est une ville magnifique. Très occidentale par certains côtés, dépaysante par d'autres. Les coins touristiques sont plein de charme, et s'y balader est bien agréable: le grand bazar, la mosquée bleue, Hagia Sophia, le marché aux épices... Que de choses à voir. Un peu trop touristique, justement: Les vendeurs sont très, très...Très envahissants, et on ne marche qu'au pas parmi les hordes de touristes. Mais bon. En s'écartant un peu, le calme revient, et on découvre une autre ambiance, la gentillesse et la générosité extraordinaire des Stanbouliotes: fruits à peine cueillis en cadeau lorsque nous passons simplement dans la rue; aide pour trouver notre chemin, bien que notre interlocuteur ne parle pas un mot d'anglais; Toutes ces choses qui illuminent la journée.
Niveau dépenses, Istanbul s'avère relativement peu cher: Nous y aurons logé pour entre 12,5 et 10 euros pour la nuit, breakfast inclus. Essentiellement en dormatory, parfois en chambre; toujours en plein coeur de Sultanahmet. Niveau nourriture, il suffit de chercher un peu: les resto à touristes ne sont déjà pas trop chers (comptez entre 5 et 10 euros...), mais en nous éloignant un peu des grands axes, nous avons trouvé une excellente cantine uniquement fréquentée par des locaux: excellent, pour environ 2,5 euros. De même, pas très loin de la Mosquée Bleue, il suffit de s'éloigner un peu pour trouver des endroits excellents et bon marché.
Autre chose: ce séjour à Istanbul nous aura fait changer quelque peu d'opinion sur l'Islam, et notamment, sur le Ramadan. En effet, depuis la France, on voit le ramadan plutôt comme une période de contraintes; à Istanbul, nous aurons découvert le côté festif de la chose: grand pique nique convivial devant la mosquée bleue, musique la nuit durant: une impression de grande famille. L'ambiance dans les mosquées, d'ailleurs, est plus conviviale que dans nos églises: rien que le fait de pouvoir s'y assoir, ou allonger, de s'y prommener pieds nus, donne d'avantage un élan religieux. On s'y sent dans un état d'esprit plus cool, plus propice au recueillement...
Aujourd'hui, nous quittons l'endroit pour la Cappadocce: une semaine de bons souvenirs.


Images liées à cet article



Merveilles de Cappadoce, le 10/09/2009

Nous arrivons à Gorëme après une mauvaise nuit de bus (les bus Turques sont pourtant plutôt mieux qu'en France: boissons et nourriture en libre service...), et découvrons donc la Cappadoce avec le levé de soleil (accompagné d'envol de mongolfières...): une pure merveille. Le rocher est ici pour le moins surprenant: à peine terrestre... Un petit effet chewing -gum, des hotels à moitié creusés dans la roche. Magnifique.
Bien qu'arrivés tôt le matin, nous trouvons immédiatement un hostel où poser nos sacs. Une excellente adresse au passage: "Ishtar Cave Pansion": pour la modique somme de 20 liras, nous mangeons (copieusement) et dormons (confortablement). On est bien loin des prix européens...Et l'ambiance hippy de l'hostel et même de la ville en général ajoute encore au charme. Les gens sont ici adorable, d'avantage encore qu'à Istanbul: les gens sont accueillants au possible, communicatifs. Par exemple, nous aurons bénéficié de visites guidées gratuites, par des paysans du coin. Simplement pour le plaisir.
POur dire; ici, même les animaux vivent en harmonie: Nous aurons vu avec surprise et amusement chats et chien quémander cote à cote dans les restos... Et parfois, les chiens craindrent les chats plutôt que l'inverse.
Que dire sur les balades en Cappadoce? Il y a tant à faire, et tant de livres pour en parler... Pour notre part, nous avons choisi de rayonner autour de Göreme, avec parfois les explications des gens du coin. Gratuites! En effet, il semble que nous ayons l'air sympa (qui sais?^^), ou bien est ce le fait d'être une fille Européenne pas forcement très couverte (le regard de certains locaux étant plus qu'intéressé)... Toujours est il que nous aurons bénéficié de visites gratuites, de thé offert, et d'invitations gratuites au hammam du coin.
Mais le plus agréable reste de se balader au hazard des vallées, de partir explorer les habitations trogglodites desertes. Quel plaisir de découvrir, après avoir rampé dans un étroit tunnel, une ancienne église encore en parfait état ou une salle de garde haut perchée!
Une chose apréciable est de constater que les règles de sécurité ne sont pas les même qu'en France: Chez nous, des endroits pareils seraient encadrés par des barrières, les endroits sujets aux éboulis fermés: tandis qu'ici, il est possible de s'aventurer dans n'importe quelle galeries d'allure miteuse sans difficulté. Celà permet également d'être plus tranquille, peu de touristes...Moins que nous l'aurions craint en tout cas! D'ailleurs, nous constatons que la plupart des gens de passage ici ne reste que deux trois jours: nous qui restons une semaine, avons ainsi eu l'occasion de lier de nombreux contacts.
Ce séjour est pour le moment une des plus belles destinations du voyage, tant pour les paysages que pour les rencontres. On appréciera les explorations d'églises, comme les soirées crepes - soupe chinoise et la guitare avec des Coréennes de l'hostel.
Nous constatons également que la chance nous accompagne: Alors qu'à Istanbul, que nous avons quitté il y a peu, les inondations sont meurtrières, ici, nous souffrons plutôt de la chaleur.... En esperant ne pas nous noyer à notre tour en arrivant à Erzurum.


Images liées à cet article



Turquie de l'Est, le 18/09/2009

C'est le coeur serré que nous quittons Göreme. Il est dur de quitter un endroit aussi magique, et encore plus, de laisser derrière soi des amis... Un jour, peut être. Si nos pas nous mènent en Corée...
Nous laissons également Charly, qui s'en retourne en France après deux semaines en Turquie. Décidement, c'est le jour des adieux (ou aurevoir, espérons nous!).
Mais il faut bien aller de l'avant, et Erzurum nous attend. Une douzaine d'heures de bus en perspective, encore... Mais une fois encore, nous bénéficions de l'incroyable gentillesse des Turcs: A 8h, heure de départ du bus, voilà que le manager de l'agence nous aborde. Et nous explique que ce bus n'est pas le plus rapide, et nous obligeras à une longue pause dans une autre gare routière... Et le voilà qui nous propose de partir deux heures plus tard, avec sa voiture. Un peu hésitants (combien de fois nous a t'on répété de faire attention aux arnaques?), nous acceptons... Une fois de plus, nous n'avons pas à le regretter. Hassan, le manager, nous emmene en voiture jusqu'à Avanos, un peu plus loin, ou le bus vient s'arrêter spécialement pour nous. Deux heures de gagné, et des discutions très enrichissantes. Une fois de plus, nous réalisons la chance que nous avons de vivre en France... Ici, aucune aide de l'Etat. Bosser ou crever...
Nous passons finalement (seulement...) une dizaine d'heures dans le bus. On ne se fait toujours pas à ces mauvaises nuits... L'arrivée à Erzurum se fait sous la pluie. Limpression qui s'en dégage n'est guère flatteuse: une ville terne, base militaire et immeubles à demi construits pourla plupart. L'accueil est également différent: on sent que les touristes sont rares ici... (ce qui n'est pas un mal au contraire: mais la communication s'avère plus difficile!)
Nous trouvons sans difficulté un hotel; mais on est bien loin des dortoirs conviviaux d'Istanbul ou de Göreme... Le lendemain, direction le Consulat Iranien. Première étape, un enregistrement avec deux policiers plutôt sympa; "Ha, Franczia! Good, good, Marseille! Football!".
C'est une fois arrivés au guichet que les choses se compliquent: le fonctionnaire n'est guère accommodant... Nos passeports disparaissent, et nous attendons près de deux heures pour les récupérer. L'occasion de discuter avec les autres personnes en attente. Nous sommes de loin les moins voyageurs de l'endroit: en vrac, un Français ralliant Paris à Dubai en vélo, un arménien voyageant dans tout le moyen orient depuis 8 ans, un Hollandais parti pour le Népal en camion... Finalement, au retour du fonctionaire, nous récupérons nos passeport, accompagné d'un simple "Non". Ha bon? Nous attendons, insistons. En vain.
C'est un peu dégoutés que nous quittons donc Erzurum. Direction Trabzon: Cette ville au bord de la mer Noire abrite apparement un consultat moins fréquenté et plus souple. Un espoir donc... Après 5 heures de bus, arrivée à Trabzon. Là encore, sous la pluie.... De prime abord, l'endroit est encore plus triste qu'Erzurum. Voitures filant à toute allure, immeubles ternes, tous les magasins fermés... La mentalité, déjà plus stricte à Erzurum, est ici vraiment très, très stricte: nous devons insiter pour obtenir une chambre double en tant que couple non marié.
Mais derrière cette facade, les gens s'avèrent toujours plus adorables. Restera dans nos mémoires, Ismet: une belle rencontre encore. Alors que nous errions dans la ville, un peu perdus, voilà que Ismet nous aborde. Francais? Venez donc! Et nous voilà attablés dans un resto local, devant une corba, puis un dessert Turc dont nous avons malheureusement oublié le nom... (si quelqu'un connait: des friandises au miel et à la noix, délicieuses mais bourratives). Et impossible de payer, le repas nous est offert. Ici encore, l'hospitalité des Turcs est incroyable, et fait chaud au coeur! Le lendemain, direction le consulat: cette fois, l'accueil est des plus charmant. Voyageurs, ne perdez pas votre temps à Istanbul, Ankara ou Erzurum: Trabzon est l'endroit idéal: En quelques heures, nous avons obtenu nos visas, après avoir attendu dans un luxueux salon. Ca change de la salle impersonelle d'Erzurum et des heures d'attente sans explications... Et nous voilà parti en direction de la frontière, bouillants d'impatience. L'Iran, enfin! Depuis le temps que nous en rêvions... Et nous qui n'éspérions qu'un visa de 15 jours, nous voilà finalement avec un mois devant nous: de quoi se balader... Et faire toutes les formalités nécéssaires pour la suite du voyage. En effet, si nous avons la possibilité de rallier l'Inde par avion, un rêve nous reste: l'atteindre par la route, à travers l'Afganistan et le Pakistan... A voir, bientôt!
Et aujourd'hui, nous posons donc nos sac à Dogubayazit, dernière étape avant la frontière. Là encore, des gens plus qu'acueillants: à peine descendus du bus, voilà qu'on nous offre le thé, et nous négocie une réduction dans un hotel... On s'y habituerai presque!
La ville est, elle aussi, vide de touristes. AVec un certain charme... La vue sur le mont Ararat est magnifique. Sans nuages en plus, une chance... Nous n'avons cependant pas trop le temps de trainer: aujourd'hui, changement d'argent (qu'il est étrange de se prommener avec des dizaines de coupures de 20 000 rials sur soi...), derniers essayages du voile pour Audrey, et tout de même flannerie dans la ville.
Une seule chose nous choque ici: les boucheries. Voir des carcasses de viandes exposées toute la journée au soleil, couvertes de mouches, ou trimballées dans des chariots à la propreté plus que douteuse nous coupe toute envie de kebab. (Et moi qui avait déjà une fibre végétarienne...)

Nous nous préparons donc à faire nos adieux à la Turquie. Ce pays nous aura marqué. Des rencontres, une culture bien différente, des paysages à couper le souffle. Et déjà envie de revenir, dans la foule d'Istanbul, les Guest Houses accueillantes de Cappadoce, ou les steppes de l'Est...
Après un mois en Turquie, notre constat: ne pas écouter les informations francaises, ou lire les guides tels que le Routard.
En effet, partout, nous avons lu ou entendu: "surtout, il faut se méfier, plein d'arnaques pour les touristes: ne jamais se laisser entrainer dans un resto, ou accepter de changer d'horaires de bus au dernier moment...". Nous aurons donc fait tout ce qu'il ne fallait pas; le résultat est que non seulement, nous ne nous sommes pas fait détroussés, mais surtout, nous avons rencontré des gens formidables, accueillants, partageurs. Si loin de la mentalité Française.... Un minimum de prudence et de bon sens suffisent.


Images liées à cet article



Tabriz, le 23/09/2009

Notre enthousiasme pour le départ en Iran est quelque peu entaché par le vol de 500 euros dans notre chambre d'hotel: à peu près la moitié de notre argent pour l'Iran...
Autant dire que nous passons la frontière complétement blasé... C'est d'autant plus dommage que les Turcs nous avaient jusqu'à la réservé un accueil des plus parfait. Pas de chance...
Enfin, nous voilà à la frontière. Les choses se passent assez rapidement: un tampon côté Turc. Côté Iranien, c'est un peu plus long mais pa bien contraignant: prise de température pour savoir si on n'a pas la grippe, prise des empreintes digitales, vérification des passeports et quelques questions sur notre itinéraire: on en vient à parler un peu de notre tour du monde, et au lieu de nous questionner sur nos destinations en Iran, le fonctionnaire nous interroge essentiellement sur nos pays traversés et à venir. Peu de touristes par ici...
Et une demie heure plus tard, nous voilà sortis de la douane. C'est officiel: nous sommes en Iran.
Notre intention est de rejoindre Tabriz. Nous commencons par monter dans une navette à destination de Bazargan . En chemin, on discute un peu avec nos voisins: seuls touristes de l'endroit, on attire l'attention. A l'arrêt, nous suivons nos compagnons de bus: des taxis attendent, certains officiels (les jaunes), d'autres "pirates". C'est dans un de ces derniers que nous embarquons, ainsi que deux autres Iraniens.
Nous payons l'équivalent de 15 euros pour aller jusqu'à Tabriz. Mais quel trajet...
Difficile de conter un trajet en taxi Iranien à ceux qui ne connaissent que la circulation Française. Une chose est sure: à voir la conduite Iranienne (et plus particulièrement celle de notre chauffeur du jour...), on a envie de prier Dieu, Allah, ou même le Père Noel, pour qu'il nous permette de rester en vie quelques heures de plus.
Disons que le pire des chauffards francais aurait été en comparaison un conducteur exemplaire.
Pendant deux heures, nous voilà en train de rouler à un bon 160 km/heure. A cette vitesse, nous, nous n'aurions pas quitté la route des yeux: le chauffeur lui, fume, téléphone, discute aprement avec les passagers: comme il ne jette qu'un coup d'oeil de temps à autre à la route, on ne s'étonne pas de rouler tantôt sur la voie de gauche, tantôt dans le bas côté, mais quasiment jamais sur la voie de droite.
On apprend aussi des choses: qui aurait cru qu'à 160 km/h, il était possible de doubler une voiture doublant elle même un camion, alors qu'un autre camion arrive en face, le tout sur une route à deux voies seulement?
Notre taxi se fait même arrêter par des flics: un peu de stress...Mais après une grosse engueulade, on repart sans problème.
En arrivant sur la rocade de Tabriz, on perd un peu de vitesse, circulation oblige: notre chauffeur trouve alors un nouveau jeu: s'amuser à toucher légérement l'arrière de la voiture juste devant nous. Ca amuse tout le monde dans la voiture, quand à nous, nous hésitons à rire aussi ou à crier. On est encore à plus de 100 à l'heure, sans ceinture...
En tout cas, ce trajet perilleux nous permet de discuter un peu avec nos voisins: ils connaissent juste quelques mots d'anglais, mais par gestes, on se débrouille de tout. Leur gentillesse est incroyable: pendant le trajet, ils nous offrent à boire, à manger (et pas question de refuser!), et même, l'un d'eux nous force à accepter son chapelet de prière: nous sommes touchés... Nous arrivons à Tabriz en fin d'après- midi. Notre taxi nous emmene directement à un hotel (pendant le trajet, chauffeur et passagers avaient longuement débattu du meilleur endroit pour nous...): environ 10 euros par personnes pour une belle chambre, ca ira pour cette nuit, mais nous trouverons moins cher pour demain, peu importe le confort.


Quelques premières impressions sur l'Iran:

* Pour un pays si mal considéré par chez nous, on se sent vraiment en sécurité... Bien plus que dans certaines villes Françaises à la tombée de la nuit. On s'y balade le soir sans problème.
* Si les femmes sont toutes voilées, je dois être une de celles qui le porte le plus ajustée: nous croiserons des filles qui le porte rejeté en arrière, la moitié de la tête à nu.. De même, le noir n'est pas partout: beaucoup de femmes portent des vetements colorés. Peut être même d'avantage qu'en France!
* La repression n'est pas si forte qu'on le dit, à Tabriz en tout cas. Notre rencontre la plus marquante nous l'a montré: rencontre avec Omit, gardien de la révolution. Qui nous aborde un soir dans la rue. Et commence par nous demander nos noms, à vouloir que nous lui enseignions quelques mots de Français. Difficile à apprendre, d'après lui. Nous n'en doutons pas, mais lorsqu'il nous enseigne à son tour les bases du Farsi, nous ne sommes pas fiers non plus!
Mais le plus intéressant, c'est son avis sur la France. Il nous adore (chouette), mais pour des raisons surprenantes: parce que d'après lui, les français sont aussi patriotes que les Iraniens, et surtout... Parce que notre gouvernement est répressif, comme le leur. Quand on pense que l'Iran nous fait peur pour son gouvernement, et qu'eux nous aiment parce qu'on leur ressemble... En tout cas, Omit lui, ne cadre pas du tout avec l'idée que l'on se fait du garde révolutionaire: aimable, il ne tique pas devant mon foulard mal mis, et nous dit qu'il nous respecte de n'avoir aucune religion. Surprenant... Et bien agréable. Nous repartons heureux de cette rencontre, et avec quelques idées de balades supplémentaires dans la ville et le pays.


Images liées à cet article



Tehran, le 23/09/2009

Notre destination suivante devait être Qazvin: nous a vons donc pris le bus de Tehran. Mais... Pas d'arret à Qazvin. Ou plutôt, si: un bref arret sur la bande d'arret d'urgence, quelques kilomètres avant la ville, loin de tout.Nous n'avons pas deviné...
Et donc, nous voici directement à Tehran. Arrivés un peu tard, du coup, nous galérons un peu. Mal compris par le taxi qui nous emmene en ville, nous finissons après plus d'une heure de recherche, par échouer dans un hotel de luxe (heureusement que les prix sont bien moins élevés qu'en France pour la même qualité...). Au moins, on aura fait notre premier 4 étoiles.
Le lendemain, on ne s'éternise pas: direction l'Hotel Masshad, près d'Iam Khomeni Square: une bonne adresse, pas cher et convivial.
Téhéran restera pour nous synonyme de rencontres. L'accueil des gens nous surprend toujours, tellement adorables, tellement ouverts.... Nous promenant dans un parc, nous rencontrons une famille: la fille parle anglais, et engage la conversation avec nous. Et nous voilà au bout de quelques minutes, attablé tous ensemble dans un coffee shop du parc. Et finalement... Invités à manger le soir même. Cette soirée fut tout simplement magnifique. Voir les choses de l'intérieur...
En premier lieu, nous avons été plus que convaincus par les repas Iraniens: non seulement, c'est délicieux, mais en plus, c'est convivial au possible: Pas de table, juste une grande nappe tendue sur le sol, et tout le monde vient s'assoir autour en tailleur. C'est sur, quand on rentre, on adopte cette methode!
C'est aussi l'occasion de mieux découvrir l'Islam. Le fait que nous soyons athés surprend. "Mais comment faites vous, lorsque vous avez des problèmes?". On explique du mieux qu'on peut, on n'était pas vraiment prêt à débattre de théologie en anglais... Pour nous convaince(ou au moins, essayer!), Mahbobe, notre hote, vient prier devant nous. Nous expliquer les étapes. Nous ne repartons pas convertis, mais avec d'avantage de bienveillance à l'égard de cette religion, qui nous apparait de plus en plus festive et apte au recueillement.

Deux jours plus tard, nous rencontrons un guitariste dans le métro; voilà que quelques minutes plus tard, nous nous retrouvons avec lui et un de ses amis, dans un parc à jouer de la guitare.
AU passage, nous pouvons prédire qu'un jour, le nom de Soheil sera connu: une belle amitié pour nous, mais aussi, la découverte d'un guitariste, chanteur, compositeur de talent. Nous finirons par manger avec eux... Et découvrir des spécialités Iraniennes plus que déroutantes pour nos palets Européens: comme la crême glacée au ... Saffran. Un mélange des plus particulier! Soheil et Shayan, merci encore à vous, pour votre accueil, votre gentillesse: nous n'oublirons pas....

Téhran nous laissera un excellent souvenir. L'Iran est pour le moment le pays ou nous aurons eu le meilleur accueil, fait le plus de rencontres. Loin de tous les préjugés occidentaux, un pays accueillant, ouvert, plein de charme.


Images liées à cet article



Bangkok, le 09/10/2009

C'est avec des regrets que nous quittons l'Iran, si accueillant, mais la Thailande fait partie des destinations de rêves: aussi, la tristesse s'efface rapidement. Nous prennons donc l'avion à Imam Khomenei Airport, check in à ... 3 heures du matin... Départ à... 11h. En effet, une fois passé les controles et confortablement installés dans notre appareil, voilà que notre avion refuse de démarer. Ha... Peut petre portons nous la poisse!
Toujours est il que nous embarquons à bord d'un autre appareil, et nous voilà partis. Première expérience aérienne... Avec quelques émotions (nous apprenons que lorsqu'un avion traverse un orage, ça vibre, beaucoup... Et ca chute, vite et longtemps... Les trous d'air resterons un traumatisme pour quelque temps!)
Et dans la soirée, c'est l'arrivée sur Bangkok. La première impression est une chaleur étouffante....Très chaud, et très humide. Heureusement ici, le voile n'est plus obligatoire.... (quelle sensation étrange, d'ailleurs, d'avoir à nouveau la tête libre...)
Une fois sortis de l'aéroport, nous sautons dans le première bus à destination de Kao San Road: lieu touristique de Bangkok par excellence, mais après un mois sans croiser le moindre étranger, c'est sans remord que nous nous empressons de poser nos sacs et d'aller jouer les touristes.
Nous retrouvons avec joie les gens aux looks extravagants, la musique de tous horizons à fond dans les rues, les restos tous les dix mètres (ha, la nourriture Thai... Nous en rêvions..), et surtout, la communication si facile avec les gens: nous retrouvons des Français à la Guest House, partis pour un an en Australie...
Nous trainons dans les rues, un peu au hazard: visite d'un temple par ci par là, ou simple errance... La culture Thai est agréable, dépaysante.
Cependant, Bangkok nous parait vite étouffant. Si on apprécie de retrouver un monde plus "occidentalisé", ça ne dure qu'un temps. Cette débauche partout, ces touristes qui photographient la misère des gens parce que c'est pitoresque, les marchants qui vous agressent presque parce qu'un touriste, c'est riche et venu pour dépenser... On regrette le calme de l'Iran, les gens simples et honnetes, la tranquilité dans les bazars. NOus ne nous attardons donc pas: Krabi nous attend...


Images liées à cet article



Premiers jours à Krabi, le 09/10/2009

De longues heures de bus à nouveau pour atteindre Krabi: nous faisons pendant le trajet la connaissance d'un couple de Finlandais très agréable. Eux partent sur Kho Lanta, peut être nous reverrons nous plus tard... En attendant, nous routes se séparent, et nous posons nos sacs dans une Guest House d'Ao Nang, non loin de Krabi: pour 8 euros, nous dormons dans le luxe à 20 mètres à peine d'une plage paradisiaque...
Ao Nang est un endroit fascinant. Revoyez simplement les images de cartes postales ou de magasines; les palmiers, la plage de sable blanc, l'eau turquoise, les ilots de foret tropicale: c'est ici. Le film "La plage" a été tourné à quelques minutes de bateau d'ici: on s'y retrouve...
Dans un premier temps, nous décidons de profiter de l'endroit pour tenter la plongée sous marine: la Thailande, et particulièrement cet partie, en est l'endroit rêvé.
Malheureusement, nous stoppons au bout de deux jours: problèmes d'oreille pour Audrey... Adieu la plongée pour le moment. Tant pis, nous nous contentons donc du snorkeling, moins contraignant, et offrant également de nombreuses possibilités ici: coraux sublimes, poissons multicolors... Un rêve, tout simplement.


Images liées à cet article



Ao Nang, Railey Beach, le 09/10/2009

Après les quelques jours de plongée, place à l'escalade: un petit train train quotidien s'installe pendant un peu plus d'une semaine: le matin, direction la plage, où l'on attend d'avoir 8 personnes pour embarquer dans un longtail boat, direction Railey Beach. Railey Beach... Jusqu'à maintenant, nous n'avions pas encore croisé d'endroit aussi paradisiaque (à par peut être, à Chicken Island...): une fine bande de sable, innaccessible par les terres, d'immenses falaises (for us, climbers!) isolant l'endroit: le bateau est donc le seul mode d'accès. 4 plages composent l'endroit: Ton sai, calme... Railey West, siège des grands complexes hoteliers... Railey East, plus vaseuses, mais paradis de l'escalade... Et enfin, celle ou nous passons le plus clair de notre temps, Phra Nang. Un Eden ou l'on accède par un petit chemin dans la verdure. A l'arrivée, on y croise d'adorables singes: ceux ci ont bien compris la technique pour manger régulièrement....On s'arrête pour les caresser, jouer un peu avec eux. Un animal tendre et intelligent... Et puis on grimpe à côté d'eux, dans les grottes de Phran Nang. Nous n'avons malheureusement pas leur niveau! Ensuite, c'est l'heure de la baignade: sable blanc, eau chaude, iles toutes proches, accesibles à la nage: on admire quelques poissons et coraux... Avant de retourner s'assoir sur le sable, avec une assiette de nems à la main et une noix de coco fraiche à déguster. Si c'est pas le paradis, ça....


Images liées à cet article



Kho Phi Phi, un dernier paradis..., le 15/12/2009

Pour notre dernière étape Thailandaise, c'est à Kho Phi Phi que nous nous rendons. Ile célèbre, pour le film "La plage", et plus tristement, pour le tsunami qui l'a ravagée...
L'endroit est simplement magique. Une fine langue de sable couverte de palmiers, encadrée par deux blocs de falaises et de jungle. Des récifs coraliens à deux pas, des poissons. Des singes. Et une ambiance particulière.... De jour, l'ile est le paradis des grimpeurs et des plongeurs. De nuit, c'est la fête qui l'emporte... Nous profitons à fond des journées, et nous mélons quelque peu à l'ambiance nocturne. Près de deux semaines de rêve...

Mais les meilleures choses ont une fin. Et d'ailleurs, une fin plus absolue que prévue... En effet, Kho Phi Phi est pour nous la dernière étape Thailandaise, mais aussi la dernière du voyage. Un départ prématuré, des raisons inutiles à expliquer ici...

C'est à regret que nous quittons l'ile. Retour à Krabi, ou nous prenons l'avion, direction Bangkok. Encore un voyage mouvementé (les joies d'un décollage en plein orage...), mais bien plus rapide que notre trajet en bus à l'aller. Nous passons deux jours à Bangkok, à nous gorger des dernières images de ce merveilleux pays. Avant de retourner à l'aéroport... Nous faisons escale à Singapour pour une journée, avant d'embarquer dans le fameux A380 (fiers!), direction: Charles de Gaulle, Paris.
Un grand moment d'émotion... En survolant en quelques heures tous ces pays que nous avons traversés en plusieurs mois. Repenser à toutes ces rencontres... Tous ces paysages. Toute cette expérience accumulée.

Les voyages forment la jeunesse.... Nous aurons appris beaucoup, durant ces sept mois.
Quand à ce que l'avenir nous reserve... Nous vous tiendrons au courant, de la rentrée dans le monde "normal". Avant un nouveau départ, peut être?


Images liées à cet article